Quel salaire pour effectuer un emprunt ?

Acquisition immobilière, achat automobile, création d’entreprise, les banques financent absolument tous les desseins. Pour octroyer leur financement, les établissements bancaires réalisent toutefois une étude du profil des emprunteurs. Le salaire fait notamment partie des données les plus importantes.

Désireux de souscrire un crédit en vue de la concrétisation d’un projet, vous redoutez de ne pas présenter un niveau de revenu suffisant ? Voici qui devrait vous intéresser. Notre guide vous indique quel salaire il faut pour contracter un emprunt.

A lire également : Comment réussir à obtenir des revenus fonciers

L’emprunt : un financement ouvert à presque tous les salaires

Le salaire représente le revenu perçu par un travailleur au terme d’une période d’activité. Il s’agit généralement d’une rémunération mensuelle. Lorsqu’elles sont contactées dans le cadre d’une demande de financement, les banques s’attardent sur le revenu des demandeurs d’emprunt. Le salaire est une donnée importante, car c’est de lui que seront dégagées les mensualités de remboursement. Bien que déterminant, le salaire n’est pas aussi éliminatoire qu’on ne le pense.

Vous l’ignorez peut-être, mais aucun salaire minimal n’est fixé par la banque pour octroyer un emprunt. À tort, certains croient qu’il faut rentrer mensuellement 5 000, 6 000 ou des milliers d’euros pour obtenir un financement bancaire. Cependant, même avec 2 000 euros de salaire, il est possible d’obtenir un prêt auprès de la banque.

A lire en complément : Comment calculer le retour sur investissement immobilier ?

Bien plus que le montant du salaire en lui-même, la banque s’attarde plutôt sur la solidité et la garantie des revenus. Les travailleurs avec un CDI sont ainsi mieux appréciés comparativement à ceux avec un CDD. Les travailleurs sous contrat sont aussi plus appréciés des établissements bancaires que les freelances et les travailleurs saisonniers.

Le montant de l’emprunt : le point crucial

Si le montant du salaire ne peut en principe pas bloquer l’accès à l’emprunt, il va toutefois conditionner le montant empruntable. Avec un salaire de 2 000 euros, il n’est ainsi pas possible de souscrire un prêt de 250 000 voire 300 000 euros. Ici, l’équation est simple, plus votre niveau de revenu est élevé, plus vous pourrez bénéficier de gros financements.  salaire pour un emprunt En clair, les banques octroient un crédit proportionnel au niveau de revenu. Vous ne pouvez aspirer qu’aux financements quant auxquels elles sont rassurées de votre solvabilité. Pour mieux apprécier la solvabilité et décider du montant à emprunter, les établissements financiers exploitent plusieurs facteurs.

Les facteurs déterminants quant au montant de l’emprunt accessible

Lorsque vous contactez une banque pour souscrire un crédit, celle-ci passe votre profil au crible pour évaluer votre solvabilité. Son évaluation s’articule généralement autour de deux points.

Le taux d’endettement

En premier lieu, la banque prend en compte le taux d’endettement du demandeur de financement. Il s’apprécie au regard des charges de l’emprunteur. Si ce dernier est déjà tenu au remboursement d’autres mensualités, ces dernières vont faire grimper son taux d’endettement. Pour que le prêt soit accordé, il faut cependant que le taux d’endettement n’excède pas 35 % des revenus de l’emprunteur. La part restante du revenu est considérée comme le reste à vivre nécessaire pour avoir une bonne qualité de vie.

La durée du crédit

En marge du taux d’endettement, la banque s’intéresse également à la durée du crédit. Les emprunts sont généralement allongés sur 10 ans, 15 ans, 20, et même 25. La durée du prêt est une valeur déterminante quant au montant que l’établissement financier peut accorder en prêt. Avec une durée de prêt longue, le souscripteur au crédit peut bénéficier d’un financement plus important.

Une grande diversité de piste pour évaluer sa capacité d’emprunt

Plusieurs subtilités sont à saisir pour maîtriser le fonctionnement des banques et les règles qui encadrent le financement qu’elles proposent. De nombreux particuliers réalisent notamment de mauvaises estimations et se retrouvent confrontés à des surprises lorsqu’ils désirent se faire financer. Pour éviter de tels désagréments, il est heureusement possible de mieux apprécier son profil emprunteur et de mieux organiser sa quête de financement en explorant trois pistes.

La première consiste à demander un emprunt à plusieurs banques. Les offres de prêts reçues vous permettront de mieux comprendre comment fonctionnent ces établissements. La deuxième consiste à utiliser des simulateurs ou calculateurs en ligne. Ce sont des logiciels qui permettent de déterminer combien il est possible d’obtenir en prêt. La dernière piste est le recours aux courtiers.

Les ressources ne sont pas les plus importantes pour la capacité d’emprunt

Nous avons tendance à nous attarder sur une seule donnée à savoir les revenus du foyer. Pourtant, ce ne sont pas les plus importants, car il faut aussi prendre en compte les charges. Plus ces dernières sont élevées, moins votre dossier sera sécurisé. De plus, c’est par tous ces calculs que vous connaitrez votre capacité d’emprunt. En effet, un outil vous permet de la connaître très facilement cette dernière.

  • Mentionnez le type de projet (terrain à bâtir, l’ancien et le neuf) ainsi que les revenus nets du foyer, les emprunts en cours et le département.
  • Vous pouvez aussi renseigner votre âge, cela peut avoir une conséquence sur la prise en compte de votre dossier.
  • En effet, si vous avez 50 ans et que vous voulez un durée de prêt de 25 ans, cela peut poser des problèmes.

Ce petit simulateur est donc primordial puisqu’il calcule automatiquement votre capacité d’emprunt. Simple, rapide, et efficace, ce sont les maîtres mots à ne pas négliger puisqu’ils témoignent parfaitement la qualité de cet outil. Prenez le temps d’utiliser ce dernier, vous aurez enfin des données performantes et pertinentes. 

Les différentes options de prêts pour s’adapter à son salaire

Il existe plusieurs options pour s’adapter à son salaire et optimiser sa capacité d’emprunt. Pensez à bien vous tourner vers différentes options telles que :

  • Le prêt relais : cette option permet de financer l’achat d’un nouveau bien avant la vente du précédent. Les échéances sont souvent allégées pendant une période donnée afin de faciliter la gestion financière.
  • Le prêt à taux zéro (PTZ) : destiné aux primo-accédants, ce type de prêt permet de financer jusqu’à 40 % du coût total du logement sans intérêts ni frais supplémentaires.
  • Les aides locales : selon votre lieu d’habitation, vous pouvez bénéficier d’aides pour votre acquisition immobilière. Renseignez-vous auprès des collectivités territoriales ou des agences immobilières.

Certaines banques peuvent aussi proposer des solutions spécifiques en fonction des profils et situations personnelles tels que les contrats sur mesure ou encore le différé partiel ou total dans le remboursement.
Toutes ces solutions doivent être étudiées attentivement avant toute demande de crédit immobilier car elles présentent chacune leurs avantages et inconvénients propres. Pensez à bien peser le pour et le contre. Pensez à vous faire accompagner par un professionnel du crédit immobilier pour prendre la meilleure décision et réaliser votre projet en toute sécurité.

Les précautions à prendre pour éviter le surendettement lors d’un emprunt

Pensez à bien prendre certaines précautions avant de vous lancer dans un achat immobilier. Il faut savoir que le crédit engendre une dette qui doit être remboursée sur plusieurs années. Pensez à ne pas vous surendetter.

La première précaution à prendre est celle du taux d’endettement. Celui-ci représente la part des revenus consacrés au paiement des dettes : crédit immobilier, crédit à la consommation, etc. Pour éviter le surendettement, le taux d’endettement ne doit pas dépasser 33 % des revenus nets mensuels.

Pensez à bien vérifier votre capacité d’épargne. Le but étant d’avoir une épargne suffisante pour faire face aux imprévus et pouvoir assumer les charges habituelles tout en payant votre emprunt sans difficulté.

Il faut aussi considérer les frais annexes tels que les frais de notaire ou encore les frais bancaires liés à l’emprunt. Ces montants doivent être anticipés afin qu’ils puissent être intégrés dans votre budget global.

N’hésitez pas non plus à comparer différentes offres proposées par les établissements financiers pour trouver celle qui correspondra le mieux à vos attentes et besoins. Il peut également être intéressant d’utiliser un simulateur en ligne pour avoir une idée précise du coût total de l’emprunt ainsi que du montant des mensualités selon la durée choisie.

Pour finir, pensez toujours à consulter un conseiller financier ou un expert en crédit immobilier avant de vous engager dans un achat immobilier. Ces professionnels pourront vous accompagner et répondre à toutes vos questions sur les différentes options qui s’offrent à vous.